Les entreprises québécoises face au marketing B2B

Vendredi dernier, le 1er juin pour être précise, je laissais Québec et terminais un projet passionnant et très instructif, un de ces projets qui me tient réellement à cœur, car il touche mon quotidien.

Au cours des deux derniers mois, je me suis rendue dans trois villes du Québec avec Pierre Breton de Inedge et l’APCM pour parler de marketing intégré interentreprises (B2B). Pendant plus de deux heures, j’ai eu l’opportunité d’échanger et répondre aux questions de participants.

Lors de ces événements, j’ai compris que même si Montréal est le fer de lance de bien des choses et que la majorité des événements d’affaires et des conférences dans notre domaine s’y déroulent, c’est le Québec tout entier qui a envie qu’il se passe quelque chose.

Pendant ces conférences sur Le marketing interentreprises, une question de survie pour la PME, il y a eu de nombreux échanges enrichissants. Les participants (principalement présidents, vice-présidents et directeurs ventes ou encore marketing) rencontrés lors de cette tournée de conférences B2B ont été participants dans le sens large du terme :

  • De bonnes questions;
  • Des interactions dynamiques;
  • Des échanges intéressants et une envie « de savoir ».

J’y ai appris de nombreuses choses. La première, c’est qu’il y a une forte envie d’apprendre et d’améliorer les pratiques en marketing et en vente dans les entreprises, et ce, partout où nous sommes allés que ce soit à Boucherville, à Sherbrooke ou encore à Québec.

Que ce soit le petit manufacturier de la Rive-Sud ou le gros industriel de la région de Québec, on ressent vraiment une envie d’en faire plus, et aussi de faire mieux.

Par exemple, une des questions qui revenait souvent était simple, mais significative : « quels sont les outils? ». Le marketing inbound et les médias sociaux peuvent paraître intimidants, mais il y a des outils pour rendre les processus plus faciles.

En plus de s’interroger sur l’utilisation des outils technologiques qui desservent le marketing et les ventes (marketing automation, CRM…), les entreprises québécoises semblent prêtes et avides de se lancer.

Surtout, et c’est ce qui m’a le plus enthousiasmée, c’est que les entreprises désirent avoir une approche stratégique et opérer de manière efficiente, avec les bons outils et processus. Elles désirent mesurer leurs actions pour savoir si ça rapporte et ce qui rapporte.

Cela veut dire beaucoup! Cette volonté d’approche stratégique, c’est une preuve que les entreprises québécoises veulent se baser sur du concret, sur des faits et des bonnes pratiques établis.

Ces entreprises, nos entreprises veulent la prospérité et veulent être en mesure de faire face aux défis actuels de la croissance économique. Une dynamique qu’il nous reste à créer!

Vos commentaires sont toujours les bienvenus!

Inscrivez-vous au blogue !

Archives du blogue

Des articles qui pourraient vous intéresser ?

Ecommerce en B2B il est urgent de bouger

Le E-commerce en B2B, il est urgent de bouger !

Le commerce en ligne B2B évolue à un rythme très rapide... Si en nombre de transactions c'est moins important que… Read More...

Les acheteurs B2B remettent à plus tard

VIDÉO: Les acheteurs remettent à plus tard

Plus de la moitié des acheteurs potentiels en B2B reportent leur décision. Que peut-on faire pour contrer cette tendance? Voici… Read More...

L'efficacité du marketing de contenu en B2B

VIDÉO: L’efficacité du marketing de contenu

On se pose encore beaucoup de questions sur l'efficacité du marketing de contenu pour générer des clients. Dans la vidéo… Read More...