Les trois tactiques en croissance et les défis du martech B2B

Selon une étude menée récemment par l’agence 93x auprès de la communauté  FINITE, les spécialistes du marketing techno (martech) estiment que les canaux qui ont gagné en importance durant la COVID-19 sont les webinaires, le SEO et les courriels.

Pas surprenant me direz-vous ? En effet, du moins en ce qui concerne les webinaires et les autres formes de canaux martech comme les événements en direct sur le Web tels les Facebook LIVE.

Et cela tombe bien puisque nous en sommes à réaliser un petit sondage maison qui porte justement sur le même sujet.

En fait nous vous sondons pour savoir quels sont les contenus qui ont votre faveur en ces temps de Pandémie et quels sont les canaux que vous préférez.

Ce sondage est disponible ICI.

Pour en revenir à l’étude auprès des spécialistes du marketing techno USAiens, je dois donner crédit à Ayaz Nanji. collaborateur chez MarketingProfs.

C’est lui qui a publié une première analyse de l’étude et qui a attiré mon attention sur les résultats.

Des résultats intéressants en B2B

Des résultats qui sont fort intéressants car ils portent sur le martech en B2B plus spécifiquement. Et au-delà des webinaires, ce qui me surprend un peu c’est la résurgence des courriels et dans une certaine mesure des infolettres.

On dirait que la Pandémie a révélé une certaine «fatigue» des professionnels mais aussi de leurs clients envers tout ce qui vient des médias et réseaux sociaux. Qu’on se tourne de nouveau vers des canaux et outils plus traditionnels.

D’ailleurs, nos Voisins du Sud le confirment :

C’est leur deuxième plus grande préoccupation, le second plus grand défi de l’année 2021, tout juste derrière l’équilibre entre la qualité et la quantité en matière de contenus.

«Harder to cut through the noise»

Si vous lisez l’étude ou l’analyse de MarketingProfs, il est clair que la Pandémie a poussé les entreprises à se tourner vers le Web et ainsi délaisser les canaux traditionnels du marketing B2B. Exit le face-à-face, les événements en «présentiel» (je n’aime pas le mot), etc.

«Next, ‘digital fatigue’ received 43.8% of the votes, indicating that a year of everything being digital is taking its toll on engagement and making it harder to cut through the noise. » écrivent-ils.

Est-ce pour cette raison que les courriels et les infolettres reviennent en grâce pour plusieurs devant la difficulté de se faire une place et d’engager de potentiels clients avec LinkedIn ou Facebook ?

Tiens, ça me fait penser à 2015 et à un certain eBook que nous avions publié. Pour y avoir accès, cliquez sur l’image ci-dessous.

Bref, plus de 70% des personnes interrogées ont mentionné avoir éprouvé un «TSPT numérique» en 2020, ce n’est pas rien !

Vous pouvez lire le texte dans l’image mais cela vaut la peine que je vous le mette entre guillemets :

«Lots of feedback we’ve had from marketers has been that ‘digital fatigue’ has become more of a problem over the last few months. From falling digital engagement numbers, to lower webinar turnout as the year progressed.

Whilst we initially saw a surge in engagement off the back of everyone spending more time at their computers, this seems to have gradually been in decline since. In a world where every business has been investing in digital, it seems it’s harder to stand out from the crowd. Quality of content and uniqueness of digital experience are more important than ever.»

La dernière phrase en gras rejoint le premier défi identifié dans cette étude soit le juste équilibre entre la quantité et la qualité des contenus

Événements et sites Web

En terminant ce billet, je m’en voudrais de ne pas souligner deux de mes canaux martech «chouchous» qui ont aussi droit de cité dans l’étude soit les événements et les sites Web.

Dans le cas des événements, j’ai écrit sur leur avenir dans un billet l’an dernier.

Juste pour mentionner que selon les personnes interrogées, 65% d’entre elles estiment que les événements virtuels vont toujours faire partie de leur stratégie marketing cette année.

On est encore loin du retour des événements et salons traditionnels comme je le mentionne dans mon billet de l’an dernier. Nous voyons plutôt émerger une forme hybride pour l’événementiel et pas seulement en marketing.

Et fait surprenant pour certain(e)s et pas pour d’autres, les sites Web traditionnels et/ou transactionnels font plus que jamais partie du coffre d’outils marketing en B2B.

Qu’on se le tienne pour écrit !

En post scriptum : Un billet intéressant et surtout très récent sur la «saturation des contenus» écrit par Michael Brenner sur le blogue de Marketing Insider Group À lire : https://marketinginsidergroup.com/content-marketing/is-it-really-possible-to-create-10x-content-anymore-how/

Et un autre moins récent par Mark Schaefer sur le «Content Shock» écrit en 2019 sur son blogue : https://businessesgrow.com/2019/01/07/how-to-use-content-shock/

Archives du blogue

Des articles qui pourraient vous intéresser ?

Réveil brutal sur votre stratégie de contenu en marketing B2B

Le temps de créer du contenu pour créer du contenu est plus que mort. Vous pouvez toujours continuer à le… Read More...

Google SGE

Google SGE et le marketing B2B : comment être le « Lisan Al-Gaib »

Oui, je sais, le « meme » ci-dessous sera vite démodé, mais pas question de laisser passer l’opportunité de l’utiliser à une… Read More...

blogue vs IA

Blogue efficace en marketing B2B : qui sera le plus humain?

Ce billet est né d'une longue réflexion au cours de la fin de semaine sur le marketing de contenu. Mais… Read More...