Campagne PPC en marketing B2B : 4 leçons de sensei Lawrence

Avez-vous regardé la série spin-off des films culte de Karate Kid « Cobra Kai »? Lorsque vient le temps pour le héros des films de faire le marketing de son dojo, le sensei essaie plusieurs tactiques, notamment : affichage street marketing (affichage dans les écoles), démonstration en public, vidéo virale (Miguel qui se bat à l’école), guérilla marketing et représentation.

Parenthèse ironique ; le héros de l’histoire, c’est bien sûr sensei Johnny Lawrence le bon gars, Daniel Larusso est le vrai bully et p’tit baveux de l’histoire. Voir ici sur YouTube :

… what, seinsei? Oui oui! Désolé pour le spoil, mais vous pouvez continuer de lire, il n’y en a pas trop dans l’article ci-dessous.

So, quel est le lien entre Sensei Lawrence et les campagnes PPC? Aucune, Sensei Lawrence sait à peine se servir de son cellulaire. Mais retenez ces quelques leçons :

1- Campagnes PPC sans tenir compte cycle de vie du client et de la durée du cycle d’achat

Une notion souvent oubliée à la base. Un client vient nous voir et nous dit : «veux faire une campagne PPC pour me générer des ventes».

Cependant, la campagne ne tient pas compte du fait que le client veut parfois seulement magasiner, est en phase de découverte ou de recherche d’information, souhaite acheter mais dans six mois ou doit d’abord présenter de l’information à ses collègues de travail.

Comme sensei Lawrence nous l’a appris, il faut créer une campagne qui a plusieurs appels à l’action, par exemple :

  • Télécharger un document informatif
  • S’abonner au blogue / infolettre
  • Demander une soumission / acheter
  • Parler à un spécialiste
  • Etc.

2- Tester plusieurs supports marketing 

Sensei Lawrence nous a appris que pour recruter des Cobra Kai, plusieurs canaux et formes d’annonces doivent être testés.

Par exemple, il se pourrait qu’il n’y ait pas un gros volume de recherche sur Google sur des termes tels que Dojo de karaté, mais que le potentiel futures ceintures noires sont plutôt réceptives sur Facebook.

  • Image unique OU carrousel (sur Facebook ou Google Display)
  • Campagne vidéo sur Facebook ou Youtube
  • Annonce textuelle grand format, annonce responsive du réseau de recherche ou annonce d’appel sur Google Ads.

3- Toujours tester au minimum deux variantes d’annonces… et d’audience

Il s’agit d’un secret du succès de la publicité sur le Web; il faut toujours tester au minimum 2 variantes d’annonces (et d’audience) et observer lesquels sont les plus performantes.

Un petit test statistique (par exemple un khi-deux) peut vous permettre de déterminer si cette différence de performance est significative ou non (attention aux conclusions trop hâtives).

4- Et bien sûr, mesurer la performance

l’infolettre, ça ne rapporte pas d’argent, pas vrai? Par contre, comme cité précédemment, il pourrait très bien convertir dans 6 mois. Comment le mesurer? Un outil bien paramétré tel qu’un CRM peut le faire!

Et n’oubliez pas la devise de Cobra Kai :

Strike first
Strike hard
No mercy…

Le lien avec le marketing? Il n’y en a pas…

OU :

Source des gifs animés : https://tenor.com/search/cobra-kai-gifs

Archives du blogue

Des articles qui pourraient vous intéresser ?

Quatre piliers LinkedIn essentiels à votre croissance

Parmi les plateformes de réseaux sociaux dédiées au monde du travail, LinkedIn se distingue comme un incontournable pour les individus… Read More...

planification stratégique

L’art subtil de la planification stratégique en marketing B2B

Aussi bien pour nous que pour nos clients, la planification stratégique en marketing est une démarche exigeante, méthodique mais Ô… Read More...

La vente sociale : une compétence essentielle en B2B

Le paysage du marketing B2B évolue rapidement. Le plus grand ajustement provoqué est probablement dans l'approche de vente. Dans un… Read More...