Les ingrédients d’une automatisation marketing réussie

Dans l’univers fantastique du marketing, la tendance lourde qui s’impose ces dernières années est sans conteste l’automatisation marketing ou marketing automation ! Qu’on parle d’expérience client, de marketing numérique et bien d’autres encore, si vous ne le considérez pas, vous risquez d’avoir quelques problèmes. Gartner prévoit même qu’au niveau mondial d’ici 2020, 85% de la relation client sera automatisée.

Alors un petit billet, non pas sur la recette (il n’en existe malheureusement pas!), mais sur les ingrédients à considérer pour faire un marketing automatisé efficace me semble tout à fait pertinent pour mon premier billet 2018 ! J’utilise consciemment la référence à la cuisine. Non pas par passion (définitivement pas !), mais davantage pour mettre en évidence que le succès ou l’échec d’une automatisation marketing repose sur l’art d’intégrer ensemble différents éléments.

Parmi ceux-là, on retrouve :

Des objectifs clairement définis

Point de départ de toute démarche de marketing automatisé, les objectifs doivent être clairement définis. D’un point de vue qualitatif, mais aussi quantitatif. Ceux-ci doivent découler de la stratégie marketing mise en place. Ils sont à prendre en compte lors des différentes étapes d’avancement du projet.

Des données les plus complètes possible

Comme les données sont les matières premières d’un marketing automatisé, on comprend aisément leur importance. On parle ici de données clients au sens large, il ne s’agit donc pas uniquement de données extraites de votre site internet. Il faut en effet veiller à collecter adéquatement les différentes données qui circulent dans votre entreprise. Cela implique alors de les identifier, ce qui peut être fait en analysant les différentes étapes du cycle de vie du client.

Puis il faut par la suite mettre en place un processus de collecte de ces données (via un CRM par exemple).  J’ai en tête, le cas d’une entreprise incapable de fournir la liste des soumissions envoyées au cours des 6 derniers mois. Cela peut sembler aberrant, mais en B2B, les soumissions impliquent des processus qui peuvent être très complexes de par la nature des produits vendus et du degré de personnalisation demandé. Dans ce cas-là, la collecte de ce type de données implique alors la révision du processus de soumission.

Une fois les données identifiées et collectées, il va falloir s’assurer de mettre en place des processus pour assurer leur qualité.  Rien de pire en effet que des données erronées pour ternir l’image de votre entreprise ! D’ailleurs, voici ici un lien vers un billet qui parle justement de données clients et de leurs caractéristiques ! J’ajouterai juste que dans notre cas, il pourrait être intéressant de traiter ces données afin d’en créer d’autres plus pertinentes avec du scoring, sujet qui pourra faire l’objet d’un prochain billet.

Bien que la donnée client soit au cœur, il ne faut pas négliger pour autant les données du marché. Elles peuvent se révéler tout aussi pertinentes et vont impacter le marketing automatisé. On pense par exemple à la saisonnalité d’un produit, au cadre législatif, à l’arrivée de produits concurrents, …

Des scénarios réussis

C’est là qu’apparaît l’aspect fantastique du marketing auquel je faisais allusion dans mon introduction. Bon d’accord, le mot « fantastique » est peut-être un peu fort, on n’ira certainement pas jusqu’à filmer les scénarios élaborés ! Mais l’idée est en fait de vous expliquer que pour les monter, il est important de bien les définir dans les moindres détails. Et quels sont-ils ?

L’objectif du scénario
Bien évidemment l’objectif du scénario s’inscrit parmi ceux définis au préalable. Il peut s’agir d’un objectif de conversion de vos leads, d’un objectif de fidélisation ou encore d’un objectif de réactivation.

La cible
Il s’agit de définir le segment, le sous-segment ou même le persona sur lequel on va appliquer les scénarios. Vous l’identifiez grâce aux données collectées, ce qui implique donc une certaine analyse.

L’évènement déclencheur
C’est le point de départ de notre scénario. Cela peut être par exemple une visite à votre kiosque lors d’un salon professionnel. Ou le téléchargement d’un document sur votre site web. Ou encore une demande d’échantillons, une demande de soumission, l’enregistrement d’un produit en ligne, etc.

Les différentes actions
L’ensemble des actions et des règles qui leur sont associées vont donner forme à votre scénario. Il faudra les définir de par leur nature (envoi courriel, appel d’un représentant, …), leur séquence, leur position dans le temps, leur élément déclencheur, …

Le montage des scénarios ou la scénarisation se fait d’abord visuellement avec des logiciels comme Visio ou encore directement dans l’outil d’automatisation marketing. Cela permet de constater comment ils s’intègrent à votre cycle de vente (préalablement dessiné). Puis aussi de les optimiser, malgré la complexité qui peut en découler. Il faut être conscient que vos scénarios vont être amenés à évoluer dans le temps. En effet, les informations que vous allez tirer de votre entreprise et votre marché vont vous inciter à les revoir.

Chaque action doit être réfléchie en fonction des besoins en information de la cible dans le temps. Ceux-ci peuvent être comblés par du contenu et/ou par un contact direct d’un membre de votre équipe de vente.

Le contenu

Le contenu qui intervient dans un scénario provient de la stratégie de contenu de l’entreprise. Il vous en faut donc une ! Ce contenu peut être à l’origine d’un scénario (l’événement déclencheur) mais aussi être utilisé conjointement aux actions définis. Gardez à l’esprit qu’en B2B, en début de funnel de vente, les contacts ont généralement tendance à consulter des articles, télécharger des documents afin de s’éduquer.  Vos scénarios doivent donc le prendre en compte en n’insérant pas trop tôt par exemple l’appel d’un représentant.

Un outil d’automatisation marketing adapté

Une fois votre projet d’automatisation marketing établi, il faudra sélectionner l’outil qui va permettre de le réaliser. À ce sujet, on constate une certaine confusion avec les plateformes d’envoi de courriels élaborés. Bien qu’elles permettent d’automatisation certaines actions, elles ne sont pas pour autant de réels outils d’automatisation.

Les principaux critères à prendre en compte pour une plateforme d’automatisation marketing, en plus de la fiabilité, sont : le prix, l’intégration avec vos systèmes existants pour favoriser les flux de données, sa facilité d’utilisation, le tracking et les données reliées, l’accès à vos indicateurs de performance ou encore le support (technique ou autre) offert par le fournisseur.

Pour conclure, je tiens à souligner que la mise en place d’un marketing automatisé représente généralement un projet de grande ampleur. Il implique en effet une vision transversale de l’entreprise. Les coûts associés peuvent être aussi importants. D’autant plus qu’on trouve peu de solutions adaptées aux petites et moyennes entreprises du B2B sur le marché.

Ce type de projet ne doit pas être considéré simplement comme une dépense puisque les retours sur investissement sont bels et bien mesurables. On parle d’une augmentation possible de 20% à 30 % du chiffre d’affaires. Par exemple, avec la mise en place de scénarios visant la relance de paniers abandonnés.

Bien évidemment les résultats ne s’acquièrent pas forcément du premier coup. Cela nécessite un rigoureux suivi des indicateurs clés de performance. Ils permettront les ajustements nécessaires et l’optimisation des processus mis en place.

Rôle et enjeux du branding en B2B

Le branding en B2B, en quoi est-il différent des ventes et du marketing, et surtout pourquoi les entreprises en B2B devraient-elles adopter une stratégie de branding basée sur des objectifs précis ?

Les questions sur le branding reviennent de plus en plus fréquemment et méritent que l’on s’y penche plus sérieusement. En tant que professionnels du marketing B2B vous ne devez pas négliger la réflexion et la mise en place de votre stratégie de branding qui à elle seule représente un réel avantage concurrentiel, à la base.

Enfin, votre stratégie de branding doit être unique et pensée pour le consommateur pour une expérience client inédite. Une meilleure expérience cliente distinguera votre marque vis-à-vis de vos concurrents.

Le lien entre l’expérience client et la perception de marque est fort, puisqu’une expérience cliente optimisée vous distinguera face à vos concurrents, améliorera la relation client et aura un impact positif sur la perception qu’ils ont de votre marque.

Qu’est-ce que le branding en B2B ?

Votre image de marque en B2B représente les valeurs, l’identité, la culture, et la réputation de votre entreprise. Elle doit aussi démontrer son positionnement unique dans son marché. Dans un environnement concurrentiel fort, vos points de différenciation doivent pouvoir se faire à travers votre image de marque : le message véhiculé, offre, capacité d’innovation…

Votre branding doit refléter plusieurs points importants comme :

La connaissance de votre client : L’une des choses les plus importantes que votre marque peut communiquer est la connaissance de votre clientèle et comment elle répond efficacement à ses besoins.

D’ailleurs, cela est particulièrement important en B2B ou la relation vendeur/client est bien souvent plus un partenariat qu’une simple relation transactionnelle. Une bonne gestion de la relation client est essentielle et reflète votre capacité à maintenir une relation saine et durable au fil du temps.

Passion et but : Il est important d’expliquer pourquoi vous agissez de telle ou telle façon plutôt que de seulement communiquer sur ce que vous faites.

Mettez en valeur votre image de marque en démontrant ce qui motive vos valeurs et vos actions, et ce qui vous a amené a créer votre offre unique (vos valeurs ajoutées). Démarquez-vous!

Culture et personnalité : Ceci ne concerne pas seulement le B2C ces éléments sont d’une importance capitale en B2B. La culture de votre entreprise aura un impact sur la relation avec vos clients. Votre comportement, personnalité et interaction, doivent représenter l’image de marque et véhiculer les valeurs de votre entreprise.

Cohérence et qualité : En B2B, de grandes décisions d’achat sont prises, en moyenne à travers 6 canaux que ce soit en ligne ou hors ligne. C’est pour cela que la cohérence de la marque et le produit sont d’une grande importance dans l’expérience d’achat de vos clients, car les risques d’incohérence et d’insatisfaction sont élevés. Aussi, il est important de « s’unifier » sur les différents médias et canaux lorsqu’on parle de sa marque toujours dans un souci de cohérence et de qualité. La manière dont sera perçue votre marque à travers les différents médias aura un impact sur votre clientèle.

Unicité ou différenciation : Vous êtes-vous posé la question de ce qui vous différencie ? Pourquoi vous choisirait-on vous plutôt que votre plus proche concurrent ? Qu’avez-vous de plus et surtout que pouvez-vous apporter de plus ?

La différenciation est le facteur qui détermine la valeur attribuée à votre marque, l’image de marque B2B répond à la question : « Pourquoi vos clients devraient-ils vous choisir ? ».

Pourquoi le branding est-il important ?

Comme vous avez pu le lire précédemment, le branding de votre entreprise n’est pas seulement une question de logo…

Enfin, chaque entreprise a ses particularités sur lesquelles il est intéressant de s’appuyer pour définir son image de marque et son positionnement.

Quelles sont les valeurs, le message que vous souhaitez véhiculer :

  • La performance
  • La crédibilité
  • Le sensationnel
  • L’innovation
  • ….

Quels sont vos points forts, qu’elles sont les valeurs à véhiculer ? Ne cherchez pas à émuler quelqu’un d’autre, mettez en avant celui que vous êtes.

En B2B, les acheteurs / décisionnaires peuvent avoir de nombreuses raisons de choisir une entreprise plutôt qu’une autre. Cela peut concerner le prix, le service, la diversité des produits, mais aussi le fait qu’ils ne se retrouvent ou pas dans vos valeurs/actions/images/offres.

Une stratégie de marque réussie se traduit par l’équité de la marque. Il est primordial de développer une feuille de route solide dans la mise en place de votre stratégie de branding.

Comment définir son branding ?

Lorsqu’une entreprise est en démarrage ou en lancement de produit, l’image de marque entière est à créer.

Voici quelques étapes à suivre qui pourraient vous aider à construire votre branding :

  • Découvrez, définissez et valoriser votre culture d’entreprise
  • Evaluez chacune de vos actions internes et externes. Sont-elles cohérentes avec ce que vous avez trouvé?
  • Raconter des histoires engageantes, développer l’empathie
  • Soyez cohérent et sincère

En bref, définir une stratégie de branding n’est pas une mince affaire,au contraire. Elle sera la « vitrine » de votre entreprise, elle est la valeur ultime de votre marque… Ne la négligez pas !

Les 10 avantages de l’impartition marketing

Nombreuses sont les entreprises faisant appel à des ressources extérieures pour leurs activités marketing, publicité et communication, l’impartition marketing a le vent en poupe et comprend bien des avantages !

D’ailleurs, selon une étude d’Harvard Business Review, de plus en plus d’entreprises font appel à des firmes marketing pour leurs opérations marketing et cette tendance ne cessera de croître dans les années à venir.

La croissance de cette tendance peut s’expliquer par :

  • Le besoin d’un regard nouveau et externe
  • Une grande flexibilité
  • Une économie d’échelles
  • La qualité du travail

Chez ExoB2B, nous proposons nos services en impartition marketing B2B. Qu’elle soit complète ou partielle, l’impartition marketing agira comme un fournisseur de ressources pour la réalisation de vos activités marketing.

Nous travaillons en relation directe avec vos équipes internes et sommes totalement « ancrés » au sein de vos réalités marketing.

Nous proposons des solutions d’impartitions marketing depuis 2002 et sommes capables de nous adapter à tous domaines d’activités (B2B et B2B2C)

Aviez-vous songé à externaliser votre département marketing ? Vous n’êtes pas encore décidé ? Cet article vous donne les 10 avantages de l’impartition marketing !

Pourquoi choisir l’impartition marketing ?

 

1- Restez informé des évolutions marketing

Le marketing et les nouvelles technologies ne cessent de changer et d’évoluer, c’est pour cela qu’il est important d’être à l’affût de tous changements. Il est difficile pour une entreprise de rester au courant des dernières tendances marketing tout en étant concentré sur le développement des affaires.

2- Polyvalence et compétences des équipes

Nous le savons bien, faire du marketing et de la communication ne s’improvise pas ! En effet cela requiert différentes compétences pour concevoir et mettre en œuvre ses stratégies.

Un département marketing complet devrait intégrer plusieurs profils à savoir :

  • Les stratèges et chargé(e)s de comptes (la planification, la gestion des projets au quotidien)
  • Les développeurs/programmeurs (pour la partie technique)
  • En designer / graphiste (pour les visuels, le matériel print, le front, d’un site web…)
  • Un rédacteur de contenu
  • Un gestionnaire de communautés
  • …..

Avez-vous toutes ces personnes en interne ? Même si vos employés sont très compétents dans leur domaine il est toujours plus productif d’être dédiés à un nombre de tâches plus « restreintes » pour un travail de qualité !

3- Économisez sur les équipements marketing

Après les compétences requises viennent les équipements marketing… En effet pour la conception graphique, le développement web ou bien encore l’envoi de courriel marketing, il est essentiel d’être correctement équipé. Cela passe par l’acquisition de matériel coûteux tels que :

  • Logiciels de design graphique
  • Logiciels de développement (IDE)
  • Courrieleur (plateforme d’envoi de courriel marketing)

En plus de vos ressources internes, l’achat de tels logiciels peut vite devenir un coût important dans votre budget marketing. En externalisant vos activités marketing, vous n’aurez pas à vous soucier de cette partie, puisque votre fournisseur s’occupera de cela pour vous.

4- Ayez une longueur d’avance

Votre plus proche concurrent utilise les mêmes pratiques marketing depuis 10 ans, et celles-ci commencent à s’essouffler ! Il est temps de vous positionner comme une entreprise innovante, active et au courant des best practice marketing, d’ailleurs les connaissez-vous ? Nous oui !

5- Améliorez vos ventes

Vous pourrez davantage vous concentrer sur le développement commercial et les ventes « directes » pendant que votre firme marketing s’occupe de générer des leads qualifiés grâce aux campagnes mises en place

6- Qualifiez vos leads !

Votre agence vous fournit des leads qualifiés provenant, des formulaires des landing pages, des campagnes Adwords, des emails marketing… Votre unique « devoir » est de les qualifier ! Les campagnes marketing perdent de leurs intérêts si les leads acquis ne sont pas traités et qualifiés !

7- Ouvrez-vous à de nouveaux marchés !

Le marketing n’a pas de limites géographiques ! Avec les campagnes Adwords et social ads vous pouvez toucher de nouveaux territoires et nouvelles cibles. Toutefois, créer des campagnes publicitaires payantes requièrent de certaines compétences et connaissances de ces médias, cela ne s’improvise pas, entourez-vous des bonnes personnes !

8-Testez de nouveaux outils

Les agences marketing sont à l’affût des dernières tendances en matière d’outils et de nouvelles technologies, il est intéressant d’en tester quelques-uns puis d’évaluer la valeur ajoutée : ce que cela vous apporte et vous fait gagner (coût, visibilité, notoriété). Il n’est jamais mauvais de vouloir s’essayer à de nouveaux outils, bien au contraire.

9- Faites des économies d’échelle

Considérez combien de temps et d’argent vous pouvez économiser en évitant les coûts de recrutement, d’embauche, de formation, d’espace de bureau, d’ordinateurs, d’avantages sociaux et plus encore…. L’impartition marketing est votre solution !

10- Choisissez une agence expérimentée

Nous le disons assez souvent, mais le B2B et le B2C sont deux mondes bien différents. Ainsi, choisir une entreprise spécialisée dans votre domaine est une priorité.

Chez ExoB2B, nous sommes spécialisés en marketing B2B depuis 2002 et notre équipe marketing est passionnée et performante. Nous nous adaptons à vos besoins et nous vous accompagnons dans tous vos projets marketing au quotidien.

Contactez-nous, discutons-en !

 

Quels KPI adwords analyser pour optimiser la performance de vos campagnes marketing ?

Je souhaite être positionné dans les 1er résultats des moteurs de recherche, je veux accroître le trafic de mon site web, je veux générer des leads, je veux doubler les ventes de mon site e-commerce, je souhaite recruter du personnel pour des besoins urgents…

Vous reconnaissez-vous dans ce genre de problématique ? Cela tombe parfaitement bien, puisque nous avons la solution magique qui pourrait vous permettre d’obtenir exactement ce que vous voulez… Il paraitrait qu’il existe un outil, très peu connu à ce jour appelé « Adwords » capable faire ce genre de chose pour vous ! Le connaissez-vous ?

Trêve de plaisanterie… pour répondre à de tels objectifs, Adwords est l’outil qu’il vous faut !

Dans des stratégies de génération de lead, Google Adwords est un levier presque incontournable. Créer une campagne Adwords n’est pas le tout, il est important de savoir quels sont les KPI à suivre, analyser et optimiser.

C’est pour cela que nous souhaitons spécialement dédier ce billet sur ce sujet : Quels KPI analyser pour optimiser vos publicités Adwords et améliorer la performance de vos campagnes marketing ?

Démarrer la création de votre campagne AdWords

Avant de débuter la création de votre campagne Adwords, il est important de bien définir vos objectifs !

Simplement car votre campagne ne sera configurée de la même façon si votre objectif principal est la génération de trafic (visibilité/notoriété) ou bien si vous souhaitez générer des conversions (vente par exemple).

D’ailleurs, la première chose que vous demande AdWords lorsque vous débutez une campagne ce sont de définir votre campagne en fonction de vos objectifs.

adwords-objectifs

AdWords

Les étapes suivantes après la définition de vos objectifs sont le paramétrage du budget, de l’audience, des mots-clés… Bref, toutes les étapes obligatoires pour la bonne configuration de la campagne.

Suivre et optimiser, quels KPI surveiller ?

Votre campagne est lancée, celle-ci commence à générer des impressions, des clics, et même des conversions, mais nous ne savez pas réellement comment interpréter ces chiffres, quelle conclusion en tirer et surtout de quelle façon les optimiser.

Pour en savoir en plus, voici selon nous les KPI qui méritent d’être suivis et compris afin de rendre votre campagne AdWords encore plus performante !

1 – Le taux de clics / CTR

Le taux de clic ou CTR (Click Through Rate) est un KPI particulièrement important à suivre car celui-ci va déterminer le coût par clic.

Le taux de clics est le nombre de clics sur votre annonce divisé sur le nombre d’impressions de votre annonce.

Plus votre taux de clics et fort plus cela signifie que l’annonce et vos mots-clés associés sont pertinents par rapport aux prospects ciblés.

En règle générale la moyenne du taux de clic en B2B avoisine les 2.55%, dans les services industriels le CTR est d’environ 1,40%.

adwords-industry-benchmarks-average-ctr

Comment améliorer son taux de clic ?

  • Modifier l’annonce, rajouter du contenu qualitatif
  • Augmenter les enchères
  • Améliorer le niveau de qualité de la campagne

2 – Les termes de recherche

Les termes de recherche sont simplement les recherches que font les internautes, et qui sont à l’origine d’impressions et de clics sur votre annonce.

Le rapport des termes de recherche permet de savoir comment vos annonces sont diffusées sur le réseau de recherches de Google. Il est ainsi possible de connaitre les termes et les expressions non pertinents pour votre annonce afin de les ajouter à la liste de mots-clés à exclure.

Cela vous permettra de ne pas gaspiller du budget inutilement pour des recherches qui ne généreront aucune conversion.

3 – Le niveau de qualité

Le niveau de qualité est un KPI à ne pas négliger. Google évalue le niveau de qualité de vos annonces sur une échelle de 1 à 10, et prend en compte différents éléments :

  • Taux de clics attendu
  • Pertinence de l’annonce (mots-clés vs description…)
  • Convivialité de la page de destination (y a-t-il les mots-clés principaux, votre page de destination amène-t-elle clairement le sujet principal de l’annonce, est-elle composée d’images, les phrases sont-elles de « vraies » phrases…)

Vous l’imaginez bien, plus ces critères seront respectés plus votre niveau de qualité sera élevé. Si votre niveau de qualité est de 3/10 alors vous devriez retravailler les points cités ci-dessus.

4 – Le budget quotidien

Suivez votre budget quotidien et veillez à ce qu’il ne soit pas atteint trop rapidement. Si c’est le cas alors vous manquez peut-être des opportunités si votre annonce n’est pas diffusée tout au long de la journée.

Si c’est le cas, il est recommandé de planifier des heures de diffusion, d’ajouter des mots-clés ou d’augmenter le budget.

5- Le taux de conversion

Ce KPI est-il l’un des plus importants à surveiller ? Oui si votre objectif de campagne est par exemple de compléter des formulaires de contacts, de générer des ventes…

Pour rappel, le taux de conversion correspond au nombre de conversions / nombre de clics (en %). Cet indicateur vous permet d’analyser la rentabilité de votre campagne et de mesurer votre retour sur investissement.

Plus votre taux de conversion est élevé plus votre campagne est performante et votre annonce pertinente. Si votre campagne ne génère peu ou pas de conversion alors cela nécessite de l’optimisation au niveau de l’annonce, des mots-clés, de la page de destination…

Confiez-nous vos campagnes Adwords !

Recommandation, création, suivi et optimisation, chez ExoB2B, nous prenons en charge vos campagnes publicitaires.

Vous souhaitez en discuter avec nous ? Contactez-nous !

 

Marketing de contenu B2B sans budget ni ressources – comment faire ?

Vous entendez sûrement beaucoup parler de marketing de contenu B2B. Vous avez également dû lire qu’il doit provenir d’une recherche stratégique, qu’il doit être développé, optimisé, partagé et promu. Tant que vous y êtes, pourquoi ne pas revoir votre culture d’entreprise pour transformer vos experts internes en experts « contributeurs » de contenus réguliers.

Mais de votre point de vue, au beau milieu de votre petite ou moyenne entreprise, vous vous demandez sûrement comment vous pourriez vous réunir et discuter d’une telle stratégie, sans budget. Et on est encore loin d’une mise en œuvre…

Selon le rapport statistique de 2017 du Content Marketing Institute, la majorité des entreprises qui se sont engagées dans le marketing de contenu en B2B, utilisent une petite équipe ou une personne dédiée.

C’est probablement là où vous en êtes aujourd’hui, et cela ne facilite pas le marketing de contenu B2B.

Pourtant, vous savez que le contenu de qualité performe davantage. Il parle à vos clients, il les guide tout au long du cycle de vente et agit comme un puissant aimant SEO.

Ainsi, comment profiter des avantages du marketing de contenu sans pratiquement aucune ressource ?

Le marketing de contenu B2B. Prêt ?

Permettez-moi d’abord de vous parler d’une découverte provenant d’une étude récente de la CEB Gartner sur la puissance du contenu dans le parcours du client.

« La majeure partie de la consommation de contenu se produit dans les premiers stades de la recherche des clients, loin de la décision d’achat »

-source: Delivering on Marketing’s Promise to Drive Sales, CEB Gartner

 

L’étude a révélé que la plus grande consommation de contenu dans le cycle de vente se produisait lorsque les clients comprenaient et évaluaient les solutions, même avant de favoriser un fournisseur (23%). Le choix du fournisseur (18.6%) et la finalisation de l’acte d’achat (13.4%) se situent en bas de l’échelle de consommation de marketing de contenu en B2B.

Cela signifie que peu importe le temps ou l’argent que vous avez à consacrer à votre marketing de contenu B2B, vous devriez l’utiliser pour vous efforcer d’informer et d’éduquer vos clients potentiels, car c’est ainsi qu’ils l’exploitent le plus.

Ceci étant dit, examinons des façons frugales d’y arriver.

Optimisez ce que vous possédez déjà

Plutôt que de passer à travers une longue procédure de création d’un nouveau contenu, pourquoi ne pas commencer par optimiser ce que vous avez déjà ? Votre site web, les informations sur les produits, les publications sur le blogue et les présentations peuvent toujours être améliorées. Si vous y avez accès, profitez du contenu dont vous disposez !

Voyez comment :

Informez et éduquez

En B2B, qu’il s’agisse des communications, de l’industrie lourde, de l’agriculture ou de la fabrication, le contenu qui explique vos produits ou services peut être une lecture importante. Vos clients ne se composent pas seulement d’experts en mécanique ou d’ingénierie. Il existe des experts en finance, logistique, des services, des cadres et des personnes en gestion qui pourraient également participer au processus d’achat. Certains de vos contenus pourraient simplement ne pas leur convenir. Expliquez les choses de manière la plus compréhensive possible, quitte à vulgariser. Contrairement à ce que certains peuvent croire, on ne perd pas en crédibilité en rendant les choses plus facilement assimilables.

Et si vous deviez vous adresser à un expert de votre entreprise et lui demander de vous l’expliquer en premier, encore mieux. Les mots et les phrases qu’il utilisera résonneront probablement mieux avec vos clients et seront plus riches en mots-clés.

Utilisez le point de vue du client

B2B content marketing sans budget or bandwidth

Les descriptions de produits sur votre site web sont-elles « innovantes, riches en fonctionnalités et exceptionnelles » ? Attention, ces mots peuvent sembler vides pour vos clients ! Même si vos produits sont vraiment innovants, ces types de descriptions impactent peu vos prospects.

Adaptez votre contenu au point de vue de votre client.  Laissez tomber les superlatifs, expliquez davantage les problèmes des clients et comment votre produit les résoudra. Cela vous semble peut-être évident mais attention : à force de baigner dans l’environnement de votre entreprise, ces superlatifs peuvent bien devenir une seconde nature. Au bout d’un moment, les expressions exagérées tels que « les plus novatrices … » et « nous sommes les leaders du marché … » peuvent vraiment vous sembler presque normales.

Pour remédier à cela, essayez d’analyser les « pain points » (problématiques) de vos clients.  Vous vous rendrez rapidement compte que les mots « innovateurs » et les « leaders du marché » ne résolvent pas les problèmes connus des clients.

La meilleure chose à faire, reste de lire sur le web et les réseaux sociaux sur ce qui se dit à propos de produits similaires. Les questions, débats, et les frustrations sont un terrain fertile pour la création de contenus.

Utilisez les outils en ligne

Optimisez votre contenu à l’aide d’outils en ligne peut réellement vous aider. Si vous travaillez sur du WordPress, (60% d’utilisateurs), vous pouvez vous aider de plugin, comme Yoast par exemple. Il optimise la lisibilité et le référencement de votre contenu. Il existe d’autres bons outils comme le planificateur de mots-clés de Google et SEMrush.

Commencez à attirer l’attention des moteurs de recherche dès maintenant

Si vous pouviez optimiser le contenu d’une ou deux pages de votre site chaque jour, cela contribuera à améliorer votre classement dans les moteurs de recherche. C’est un travail de longue haleine, mais duquel vous pourriez tirer de vrais bénéfices.  Et ceci, particulièrement en B2B, car la plupart de vos compétiteurs ne sont probablement pas aussi assidus.

Démarquez-vous de vos concurrents, pas du monde entier

Voici un autre point : ne soyez pas trop perfectionniste. Il n’y a plus de temps pour cela. Votre contenu ne doit pas être le plus merveilleux ou éducationnel de l’univers. Il doit simplement être de meilleure qualité et plus intéressant pour vos clients que ceux de vos concurrents. Et vous savez quoi ? En B2B, ce n’est souvent pas si difficile. Cela peut sembler surprenant pour les néophytes, mais beaucoup d’entreprises en B2B utilisent leur site web plutôt comme un catalogue. Leur site n’est pas paramétré pour convertir, étant donné que leurs canaux de vente traditionnels fonctionnent mieux que jamais. Consultez les sites de vos concurrents ! Recherchez et exploitez ce qu’ils ont manqué dans les besoins du client. Si vos concurrents soulignent une compétence que vous-même vous détenez, alors pensez à la façon dont vous pouvez vous démarquer.

Maîtrisez votre sujet

Cela pourrait paraître trop simpliste, mais vous devez maîtriser ce dont vous parlez. Sinon, vous continuerez à répéter les mêmes clichés de vos concurrents. Les visuels ne compenseront pas le contenu inintéressant.

Plus votre connaissance de votre industrie et de ses clients est vaste et approfondie, plus vous pourrez bâtir des histoires convaincantes autour de votre sujet et ainsi gagner de la crédibilité. En outre, si vous êtes à jour dans les connaissances de votre industrie,vous serez moins surpris par les nouvelles tendances lorsqu’elles apparaîtront.

Approfondissez vos sujets clés. Le plus que vous lisez, le plus que vous allez pouvoir différencier le blé de la paille.  Visitez les sites web des nouvelles de l’industrie. Lisez les articles du blog, les ebooks.

Lisez les commentaires à la fin des articles. Ceux-ci sont souvent très instructifs parce qu’ils vous permettent de voir la pensée de vos prospects en action.

Restez à jour et formez vos opinions. Votre contenu doit aller au-delà des avantages de la marque ou du produit. Vous devez établir une toile de fond solide de faits, d’histoires et d’opinions sur lesquels votre entreprise, vos produits et services ressemblent à des rocks stars !

Allez plus loin lors du développement du contenu des réseaux sociaux

Si vous décidez de partager du contenu sur les médias sociaux, essayez d’éviter de partager la même nouvelle que tout le monde. Un « post » social contient presque toujours des liens pointant sur d’autres articles ou des statistiques. Investiguez et recherchez les histoires moins médiatisées. Cela vous permettra de publier des articles qui vous démarqueront de la concurrence.

J’ai tendance à croire que le manque d’entreprises spécialisées dans les médias sociaux et l’engagement ont beaucoup à voir avec le fait que peu d’efforts sont mis dans les articles qu’ils choisissent de partager. Quels sont les articles que vous pourriez partager qui vous feraient sortir du lot ? Quel pourcentage de votre activité sur les médias sociaux est réellement unique ? Dans les médias sociaux, votre marketing de contenu B2B devrait être utilisé pour mettre en avant ce qui rend votre entreprise unique.

Ok. Mais par où commencer ?

Par où pouvez-vous commencer ? Vos courriels ? Vos comptes de médias sociaux ? Le site web de l’entreprise ? Votre blogue ? Qu’est-ce que vous attendez ? Ce sera un marathon, non un sprint, à vous de choisir votre point de démarrage.

En fait, choisissez le contenu qui attire le plus d’attention. Choisissez vos contenus les plus performants et continuez à les rafraîchir et à les développer.

Conformément à vos objectifs commerciaux, vous souhaitez attirer des clients, vous voulez les faire revenir et faire consommer votre contenu puis éventuellement devenir vos clients.

J’espère que ces suggestions vous ont donné une certaine motivation pour définir ces tâches.

Nous sommes des spécialistes dans la commercialisation du contenu marketing B2B ! Cela vous intéresse ? Alors, contactez-nous

Pourquoi intégrer les webinaires à votre stratégie B2B ?

Les médias sociaux, les campagnes courriels, les publicités AdWords, les blogues… font partie des canaux les plus utilisés dans les stratégies de marketing en ligne.

Depuis le temps nous les connaissons et savons comment les exploiter ! Toutefois, il est nécessaire de savoir varier et utiliser de nouveaux outils marketing permettant de répondre à des objectifs soit différents soit complémentaires. Avez-vous déjà pensé à intégrer les webinaires à votre stratégie marketing B2B ? Non ? C’est alors le moment d’y songer.

Découvrez dans ce billet ce qu’est un webinaire, les objectifs, les avantages, et de quelle façon les exploiter.

Qu’est qu’un webinaire ?

Un webinaire est simplement une abréviation de « web » et « séminaire », il s’agit d’une conférence en ligne avec un ou plusieurs animateurs (conférenciers) et des participants.

Les webinaires peuvent traiter de sujets divers et variés, tous secteurs d’activités confondus. Selon une étude réalisée par Content Marketing Institute 40% des marketeurs en B2B utilisent des webinaires et 70% pensent que ceux-là sont particulièrement efficaces.

webinaires-strategie-b2b

Pourquoi faire des webinaires ?

Faites-vous partie des personnes ne croyant pas vraiment au potentiel du webinaire ? Savez-vous ce qu’il peut vous apporter ?

Les webinaires sont avant tout un canal de communication qui passe par l’interaction, l’échange, les débats… le tout en live ! Ils peuvent être informatifs, éducatifs, sous forme d’ateliers ou simplement théoriques. Libre à vous de choisir le format qui vous conviendra le mieux.

L’objectif d’un webinaire est de répondre aux questionnements et préoccupations de votre public cible. Vous devez leur apporter votre expertise et savoir-faire afin non seulement d’appuyer votre réputation sur le marché mais également d’améliorer votre visibilité en ligne.

Enfin, l’objectif primordial est bien évidemment de générer de nouveaux leads, les participants venant assister à vos webinaires sont intéressés par votre sujet, mais peut-être plus ! À vous de faire le suivi de vos participants et qualifier vos leads.

Comment réussir son webinaire ?

Il serait dommage de ne pas « assurer » son webinaire ! La toute première chose à faire pour un webinaire réussi est la préparation !

Sélectionnez avec soin votre plateforme de webinaire

Il en existe plusieurs, généralement payants mais relativement fiable comme GoToWebinar, Webex….

Déterminez votre sujet

Réfléchissez aux points que vous souhaitez aborder, bâtissez votre présentation et répétez ! De manière générale, un webinaire ne doit pas dépasser 1h, au risque de perdre les participants. Vous pouvez aussi proposer des webinaires « flash » en moins de 30 minutes sur un sujet plutôt light.

Parlez-en !

Pour obtenir le plus grand nombre de participants possible, il est obligatoire d’en faire la promotion ! Sans quoi il y a peu de chances que votre webinaire connaisse le succès ! Parlez-en dans les réseaux sociaux, envoyez des infolettres ajoutez-les à votre signature de courriel, publiez-les sur des sites de webinaires… Et n’oubliez pas de faire des relances et des suivis !

Êtes-vous convaincus ?

Ce billet vous a donné l’envie d’en savoir davantage sur les webinaires, mais vous ne savez pas par où commencer ? Venez nous rencontrer et parlons-en !

Vos courriels ne sont pas des pourriels

Vous le savez, les campagnes emailing sont indispensables à votre stratégie de marketing B2B. Nous ne cessons de le répéter les courriels sont d’une importance capitale pour la génération de leads en B2B, pour communiquer sur votre entreprise, ses produits, services, offres…

Afin de profiter pleinement de ce merveilleux outil, il est important de respecter les quelques « règles d’or » pour assurer la délivrabilité de votre courriel dans la boite courriel de vos destinataires sans passer par la case « pourriels ».

De plus, vous avez certainement dû entendre parler de cette fameuse loi C28 cette loi vise à protéger les Canadiens des courriels indésirables non sollicités, aujourd’hui plus que jamais il est important de respecter certaines règles pour ne pas être sanctionné.

Découvrez dans ce billet une liste de tips que vous devriez absolument respecter pour des courriels efficaces et performants.

Configurer votre campagne

Avant de commencer votre courriel, pensez à ses paramétrages initiaux ! Plusieurs données sont à prendre en considération :

  • Donner un nom à votre campagne : choisir le nom de la campagne est surtout pour vous, afin que vous puissiez retrouver facilement votre campagne dans votre outil d’emailing et votre CRM. Cela évite de s’y perdre au moment de l’analyse notamment.
  • Domaine et nom d’expéditeur : l’utilisation d’un propre domaine est préférable pour optimiser la réception des courriels. Le nom de l’expéditeur est également un élément important pour le destinataire. Utilisez plutôt le nom d’une personne plutôt qu’un service.
  • L’adresse de l’expéditeur : le « no-reply » est à bannir pour ne pas vous retrouver dans les pourriels… Utilisez une vrai adresse courriel qui fonctionne.

Travailler l’objet de votre courriel !

La toute première chose que vos destinataires voient est l’objet de votre courriel ! Il est important que celui-ci soit impactant afin d’inciter à ouvrir votre courriel. L’objet doit aussi respecter plusieurs bonnes pratiques, voyez plutôt :

  • Ne pas dépasser 100 caractères (pensez mobiles, les objets longs ne sont pas optimisés pour une lecture sur les mobiles)
  • Soyez simple, précis et direct, incitez à l’action
  • Utilisez des verbes d’action
  • Utilisez de la ponctuation (avec modération)
  • Proposez un contenu « exclusif »
  • Évitez l’utilisation d’offres commerciales directement dans l’objectif qui parait trop agressif

Respectez le ratio images/texte

Une autre cause de non-réception de votre courriel peut venir du fait que celui-ci contienne plus d’images que de texte ! Un emailing graphique ne contenant que des images est certes agréable visuellement mais n’est pas du tout apprécié des messageries qui lui attribuent l’étiquette « pourriel ».

Quand bien même votre courriel arrive à bon port, il y a de forte chance que les images ne s’affichent pas et laissent apparaitre seulement les balises ALT.

Pour éviter ce genre de problème, nous vous conseillons de respecter le ratio 60% de texte 40% d’images. Pourquoi ce ratio ? Simplement car les vrais « spammeurs » ne s’embêtent pas à le respecter et les messageries les repères facilement.

N’oubliez pas le lien de désabonnement !

Sa présence est tout simplement obligatoire ! Vos destinataires doivent avoir le choix de ne plus recevoir vos courriels.

Sous quelle forme ? Un lien simple suffit, il doit être sans frais, et doit donner suite à une confirmation.

Besoin de conseils pour vos campagnes emailing ?

ExoB2B, spécialiste en stratégie marketing B2B saura vous conseiller pour rendre vos campagnes courriels un levier performant !

 

Pourquoi inclure Instagram story dans votre stratégie de marketing B2B ?

Nous avons dernièrement consacré un billet à Snapchat et avons expliqué de quelle façon utiliser ce réseau social dans votre stratégie marketing B2B. Aujourd’hui nous souhaitons vous proposer un billet sur son concurrent le plus proche à savoir Instagram. Instagram a été racheté par Facebook en 2012 et compte aujourd’hui près de 700 millions d’utilisateurs à travers le monde (B2B & B2C)

Instagram en B2B

Ce réseau social, très utilisé en B2C, se développe énormément en B2B, pourquoi ? Aujourd’hui Instagram n’est plus simplement le réseau ou l’on partage des photos de ses vacances, de son lunch ou de son chat… C’est bien plus que ça, d’ailleurs selon une étude de Simply Measured, 86% des grandes marques mondiales utilisent Instagram.

Depuis sa création, Instagram ne cesse d’évoluer. Nous avons vu apparaitre il y a quelques temps maintenant les fameuses « stories » venant directement concurrencer Snapchat !

Instagram n’a rien à envier à Snapchat au contraire. L’application propose même des nouvelles fonctionnalités comme l’ajout de liens cliquables par exemple.

Découvrez dans ce billet, pourquoi inclure les stories Instagram dans votre stratégie social média est une bonne chose !

Qu’est-ce qu’une story Instagram ?

Les stories Instagram ont vu le jour en 2016. Instagram story propose des fonctionnalités presque similaires à celles de Snapchat et connait un très fort succès.

Cette nouvelle fonctionnalité proposée par Instagram est une alternative aux photos avec filtres. De nombreux acteurs du B2B ont profité de cette nouvelle tendance pour investir ce réseau social.

Mais comment ça marche ? Le fonctionnement est très simple :

  • Prenez une photo/vidéo
  • Ajoutez-y un filtre (ou pas)
  • Ajoutez votre position/hastag/emoji
  • Taguez des personnes/des marques
  • La nouveauté : ajoutez des liens

Les stories ont une durée de vie de 24h, après cela les contenus disparaissent. Contrairement à Snapchat, les photos et vidéos partagés ne restent pas enregistrés dans l’application

Aussi, vous avez la possibilité d’autoriser ou non la prise de contact de votre communauté directement depuis les stories Instagram.

Comment utiliser Instagram story en B2B ?

Les stories Instagram sont bien adaptées au secteur du B2B et vous permettent de mettre en avant votre entreprise / vos projets / vos produits :

  • Valorisez votre entreprise: à travers une story, présentez une journée typique de l’entreprise
  • Partagez vos événements : ajoutez des détails d’évènements auxquels vous participez ajoutez des lieux, mentionnez vos collaborateurs…
  • Faites des offres promotionnelles : en utilisant l’aspect temporaire des stories (24h) profitez-en pour faire des offres exclusives
  • Créez de l’engagement : utilisez-les stories pour lancer des discussions avec votre communauté (demandez l’avis sur un produit, lancez une discussion sur un sujet en particulier…)

Quels sont les avantages des stories Instagram en B2B ?

Un des premiers avantages que nous pouvons citer est le fait que toutes les personnes qui suivent déjà votre compte Instagram pourront accéder à vos stories. Dès lors que vous ajouterez une story, un petit anneau coloré apparaitra en haut de l’écran.

Ensuite, les stories Instagram sont mesurables ! En effet, il est tout à fait possible de savoir le nombre et le nom des personnes qui ont vu votre story.

De plus, la fonctionnalité des vidéos en direct vous permet de savoir en temps réel qui se trouve sur votre story, vous pourrez alors engager la conversation et échanger avec votre communauté.

Enfin, en fonction du nombre de vues sur chacune de vos publications, vous pourrez proposer à votre communauté du contenu qui génère pour eux un fort intérêt.

Conclusion : Dois-je ou non intégrer les stories Instagram à ma stratégie sociale média ?

La clé de succès des stories Instagram en B2B réside dans la façon dont vous l’utiliserez. Nous pensons que ce réseau à un fort potentiel et qu’il serait dommage de ne pas l’exploiter, de plus vos concurrents y sont probablement déjà… Alors pourquoi pas vous ?

 

Comment bâtir une ligne éditoriale ?

Le marketing de contenu est le nerf de la guerre, lors de la mise en place d’une stratégie de marketing inbound ayant pour objectif « d’attirer » le client à soi. Il est primordial de définir une stratégie éditoriale.

La première étape est de définir vos objectifs et d’identifier votre lectorat. Par la suite, vous pourrez alors choisir les canaux à utiliser, aussi nombreux soient-ils (réseaux sociaux, blogue, courriel…) pour la diffusion. Pour vous donner quelques indications quant à l’élaboration de votre stratégie éditoriale, je vais aujourd’hui utiliser la méthode «QQOQCCP » Quoi, Qui, Ou, Quand, Comment, Combien, Pourquoi (les « 5W » en anglais).

[QUOI] : Les objectifs de votre ligne éditoriale

La ligne éditoriale détermine la façon de communiquer sur divers supports. La ligne éditoriale doit définir le ton employé, la cible visée, elle dicte le choix des thèmes et des sujets.

Votre ligne éditoriale doit refléter votre entreprise et votre secteur d’activité. Par exemple une entreprise qui œuvre dans le secteur alimentaire orientera son contenu dans des sujets qui touchent à son domaine : les nouvelles normes dans l’alimentaire, les nouveautés en matière d’emballages, les chiffres et grandes tendances, etc.

Il est important de ne pas vous défaire de votre cœur d’activité, en effet votre ligne éditoriale reflète votre image de marque et est ainsi garante de la force de vos propos et assure votre crédibilité.

Définir ses objectifs est la priorité numéro 1 dans l’élaboration d’une stratégie éditoriale, quels sont les vôtres ?

  • Valoriser votre entreprise, vos équipes
  • Augmenter votre visibilité et votre notoriété
  • Générer des leads
  • Accroitre vos ventes
  • Se démarquer de la concurrence

[QUI] : définir sa cible

Une fois votre ligne éditoriale définie, vous pouvez entamer la phase de stratégie éditoriale. Celle-ci commence par la définition de la cible visée, posez-vous les questions suivantes :

  • À qui s’adresse votre contenu : décideurs, prescripteurs, influenceurs, B2B, B2C, âge, intérêts…
  • Quels sont vos objectifs : générer des leads, augmenter votre trafic, booster les ventes, inciter à la prise de contact…

Votre ligne éditoriale devra s’adapter en termes de contenu (ton, forme, style d’écriture) à votre cible afin de pouvoir les capter au maximum dans l’objectif de répondre à vos objectifs.

[Où] : Quels canaux utilisés, ou publier ?

Votre cible est définie, vous savez maintenant à qui vous vous adressez, c’est une bonne chose ! Maintenant, sachez que les comportements sur le web différent en fonction du type de personne, secteur, activités…

En effet, si vos clients sont principalement des acteurs en B2B, privilégiez des canaux comme les blogues, les infolettres, et les réseaux sociaux…

D’ailleurs, selon une étude de quicksprout,

  • En B2B, 91% des entreprises utilisent Linkedin et 65% déclarent y avoir acquis au moins 1 client. 40% des entreprises utilisent ce réseau pour rechercher un nouveau service ou technologie.
  • Du côté de Twitter, 85% des entreprises du secteur du B2B utilisent ce réseau et 50% considèrent que Twitter est un réseau social efficace pour générer des leads.
  • En B2C, ces chiffres sont différents, pour la génération des millénaires ce n’est encore pas les mêmes données…

Bref, les canaux de publications à utiliser dépendront fortement de votre cible. Ceux les plus fréquemment utilisés sont :

[Comment] : Définir le type de contenu et le cadre rédactionnel

Pour établir votre ligne éditoriale définissez quel est le type de contenu que vous souhaiteriez diffuser. Votre contenu peut être à visée informative, commerciale, institutionnelle…

Il peut se présenter sous forme d’article, d’e-book, de questions/réponses, l’important est de rendre votre contenu attrayant afin de donner l’envie d’en savoir plus.

Définissez des sujets d’expertises qui vous correspondent, sur lesquels vous pouvez vous positionner comme un spécialiste :

Mettre en avant votre entreprise : quelle est votre valeur ajoutée, qui sont les équipes, les experts …

Proposer des billets techniques : vous êtes un acteur dans l’industrie automobile, vous vendez des moteurs de piscine ? Selon vous, quelles seraient les informations que vos lecteurs aimeraient avoir ?

[Combien] : établir une fréquence de publication

Votre stratégie éditoriale s’inscrit dans votre stratégie marketing. Afin d’être régulier dans vos diffusions, établissez un calendrier éditorial regroupant vos contenus par canaux.

En plus d’être d’un grand soutien en termes d’organisation, il vous permettra de suivre plus facilement vos objectifs.

À vous de bâtir le calendrier dans lequel vous naviguerez facilement. Voici quelques éléments qu’il pourrait contenir :

  • Date de publication
  • Thème/sujets
  • Mots-clés
  • Cible visée
  • Objectifs
  • Canaux de publication
  • Auteur

Il existe de nombreux outils pouvant vous aider à la construire, profitez-en !

[Pourquoi] : Appuyer son expertise, se démarquer de la concurrence

Comme vous l’avez compris tout au long de cet article votre stratégie éditoriale constitue le cœur de votre contenu et s’inscrit dans votre stratégie de marketing web. Une stratégie éditoriale efficace sera un atout majeur de différenciation et viendra renforcer votre image de marque.

Vous voulez sortir du lot, contactez-nous !

 

C28: recours en civil suspendus mais attention aux amendes !

Le 7 juin dernier marquait un rebondissement avec la loi C28 puisque le gouvernement suspendait pour une période indéfinie le droit de recours en civil de la loi canadienne anti-pourriels. Rappelons que cette loi vise à protéger les Canadiens des courriels indésirables ou non sollicités. Cette loi est entrée en vigueur le 1 juillet 2014 et comporte une période de grâce de 3 ans.

La loi C28 en quelques points

  • Concerne les messages électroniques à caractère commercial envoyé à une adresse électronique.
  • Oblige dans la plupart des cas les entreprises à obtenir des consentements préalablement à l’envoi de messages électroniques.
  • Impose des formalités à respecter quant à la forme des communications (lien de désabonnement, …).
  • Requiert que les entreprises puissent fournir les preuves des consentements obtenus.
  • Prévoit des sanctions en cas de non-conformité.

Dès l’annonce de la mise en application de cette loi, les réactions des entreprises n’ont pas été longues à se faire connaître. En effet, ces dernières ont manifesté leurs inquiétudes quant à l’impact de telles mesures sur leurs activités commerciales.  Des associations comme la CMA (Canadian Marketing  Association) se sont également  élevées contre les effets négatifs d’une telle loi et ont permis la suspension du droit de recours en civil.

Que se passe-t-il alors au 1er juillet 2017?

La loi C28 n’étant remise en cause que sur l’aspect de la possibilité de recours en civil, elle reste donc valide. Les sanctions sous forme d’amendes émanant du CRTC restent applicables et risquent même de s’intensifier au 1er juillet.

Si vous avez donc pris vos dispositions pour être en règle avec la loi C28, ne changez rien! Et si vous n’avez pas commencer à vous en soucier, ne tardez plus! À Exo, nous sommes partisans d’un marketing personnalisé et respectueux. Nous mettons en place pour le compte de différentes entreprises des campagnes courriels qui leur assurent de véhiculer une bonne image auprès de leur cible tout en étant efficace dans l’atteinte de leurs objectifs.

Cela vous intéresse? Contactez-nous!